Archives pour la catégorie Actualités

Actualités sur le thème de la lutte contre le cancer

A l’Institut Bergonié de Bordeaux, un nouvel équipement détecte les cancers par une simple prise de sang

L’analyseur Rarecells, mécanisme d’analyse sanguine qui détecte précocement les cellules cancéreuses circulant dans le sang, a été inauguré en juin 2107 à Bordeaux.

Il a été mis au point après quinze ans de travaux par Patrizia Paterlini-Bréchot, oncologue, professeur de biologie cellulaire, à Paris, et directrice d’une équipe de recherche.

La méthode ISET permet de prédire très en amont le risque de transformation métastatique et donne la possibilité aux médecins de faire un diagnostic avant même que la métastase soit détectée par imagerie.

Dans le laboratoire de biologie médicale de Bergonié, devant le Rarecells, le professeur Patrizia Paterlini-Bréchot, entourée des docteurs Françoise Durrieu, directrice du labo, Antoine Italiano et Julie Blanchi, avec Dominique Rousseau. PHOTO THIERRY DAVID/«SO

« C’est un hybride entre la photocopieuse et la machine à café ! » explique Patrizia Paterlini-Bréchot. « Pour faire simple, la machine filtre le sang jusqu’à retenir en surface les cellules tumorales, que l’on pourra ensuite analyser. »

« Je suis très heureux que l’Institut se dote de cet outil novateur, remarque le professeur François-Xavier Mahon, directeur de Bergonié, parce que je suis hématologue et l’idée d’utiliser le sang pour attraper la tumeur me séduit.

Résumé écrit par patrick Watrin, chargé de communication pour l’Association Pierre Favre, d’après l’article Sud-Ouest écrit par Isabelle Castéra.

 

Les tookets un moyen simple et facile pour aider l’Association Pierre Favre

Le Tookets est une « une monnaie associative et solidaire ».

En émettant des Tookets, une entreprise s’engage à apporter un soutien financier à des associations.

Comment ? En faisant participer activement ses clients et/ou ses salariés au choix de l’association bénéficiaire de leur aide.

A ce jour, l’Association Pierre Favre, grâce à l’initiative du Crédit Agricole, a bénéficié de 225.629 tookets, soit la somme de 2.256€ grace au soutient de 225 personnes.

2.250€ cela représente quoi pour les projets de l’Association Pierre Favre ?

Les petits ruisseaux font les grandes rivières !

Vous êtes sociétaire du CA, vous aussi pouvez nous attribuer vos tookets.

Pour plus d’informations et votre inscription, vous pouvez consulter le site Tookets ou vous adresser à votre conseillé(ère) de clientèle CA.

Par avance merci pour votre soutient !

Patrick Watrin
Chargé de communication

Personnaliser sa chimio pour optimiser ses chances contre le cancer, c’est possible grâce à une société de Limoges

Après dix ans de recherche, l’Oncogramme® est enfin disponible. Mis au pont par la start-up Oncomedics, à Limoges, ce test permet d’individualiser le traitement du patient atteint d’un cancer colorectal métastatique (stade IV).

C’est un travail de longue haleine qui porte enfin ses fruits. Après dix ans de recherche et développement, la société Oncomedics, créée à Limoges en 2006, commercialise son test destiné à personnaliser la chimiothérapie dans le cadre du cancer colorectal à un stade avancé.

Baptisé « Oncogramme® », ce dispositif médical permet d’améliorer le traitement en testant, en dehors du corps, la réponse de la tumeur du patient à plusieurs molécules, afin de lui administrer celle qui sera la plus efficace.

Quel est l’intérêt du test ?

« Actuellement, on fonctionne selon la thérapie du consensus, c’est-à-dire qu’on administre le médicament qui a fonctionné pour le plus grand nombre de malades, explique Christophe Lautrette, PDG d’Oncomedics. Or pour le cancer colorectal métastatique, ce traitement de première intention marchera pour seulement 46 % des personnes. Avec le test que nous avons mis au point, le produit de chimiothérapie ainsi sélectionné aurait un effet dans 84 % des cas. »

Un procédé qui, en plus d’offrir un gain de chance supplémentaire face au cancer, évite aussi des effets secondaires inutiles qui affaiblissent l’organisme.

Comment l’Oncogramme® fonctionne-t-il ?

« Après la chirurgie réalisée à l’hôpital, on récupère un prélèvement de la tumeur et on la cultive dans notre laboratoire pour la maintenir vivante, poursuit Christophe Lautrette. On teste ensuite in vitro différents médicaments, seuls ou combinés, sur l’échantillon et on évalue lequel tue le plus de cellules cancéreuses. »

Il faut environ quinze jours entre l’opération et le rendu du résultat à l’équipe soignante, qui pourra dès lors choisir la chimio la plus adaptée.

Ce dispositif, relevant de la médecine dite « de précision », est donc désormais lancé sur le marché. Mais d’un montant de 2.000 €, il n’est pas encore remboursé. Un frein à son utilisation qu’Oncomedics espère lever rapidement. « Les démarches sont en cours, mais les procédures sont longues car des données médico-économiques doivent nécessairement être collectées », précise Christophe Lautrette.

Si la prise en charge par l’assurance-maladie ne devrait pas être opérationnelle avant 2020, un remboursement anticipé, provisoire, serait possible dès mi-2018, en s’appuyant sur le dispositif de soutien à l’innovation médicale : le référentiel des actes innovants hors nomenclature (RIHN).

Oncomedics a pour sa part calculé qu’opter pour la meilleure chimio dès le départ grâce à l’Oncogramme® entraînerait une économie de l’ordre de 10.000 €.

Les patients peuvent néanmoins d’ores et déjà évoquer le sujet avec leur oncologue. Un certain nombre de consultations de cancérologie ont d’ailleurs déjà adopté le test comme au CHU de Limoges, à l’institut Bergonié à Bordeaux, aux centres hospitaliers de Nîmes, Clermont-Ferrand…

D’autres types de cancers à l’étude ?

Oncomedics n’a pas l’intention de limiter son Oncogramme® au cancer du côlon. La société attend les résultats des essais cliniques effectués sur les cancers du sein et des ovaires (ce dernier pourrait aboutir dès 2018).

Elle travaille aussi sur les tumeurs au niveau des poumons et de la prostate, mais les études sont moins avancées.

Stéphanie Giraud et Christophe Lautrette

Les fondateurs d’Oncomedics sont tous deux issus de l’université de Limoges, où ils ont décroché un doctorat en biologie-santé. Après avoir hébergé leur projet initié en 2006 dans un incubateur local public, ils ont installé leur entreprise en 2010 à Ester technopole, sous la coupole. Christophe Lautrette en est le PDG et Stéphanie Giraud, la directrice R & D (recherche et développement). Aujourd’hui, la société compte huit collaborateurs.

Source Hélène Pommier Le Populaire Entreprendre http://www.lepopulaire.fr

Inauguration du nouveau jardin Marly de l’Institut Bergonié

Après quelques mois de travaux durant lesquels des entreprises mécènes, des associations partenaires et des bénévoles se sont mobilisés, le nouveau jardin Marly de l’Institut Bergonié a été inauguré le 15 juin dernier.

Cette inauguration s’est déroulée en la présence du Professeur François-Xavier MAHON, Directeur Général de l’Institut Bergonié et de Madame Chantal FAVRE, Présidente de l’association Pierre Favre.

« Nous avons souhaité offrir aux patients de Bergonié et leur famille un lieu de détente, une oasis au milieu de l’hôpital, un peu de douceur dans un monde à la réalité brute et pour cela  créer ce jardin » déclare Chantal FAVRE.

« Pour moi, il est important de faire de Bergonié non pas un lieu de difficulté et de souffrance mais un lieu d’espoir et de guérison … et bien évidemment je remercie l’association » réaffirme le Professeur François-Xavier MAHON.

L’association Pierre Favre a été à l’initiative de ce projet, en réalisant la conception et la coordination.

Voir les articles sur ce blog REMANIEMENT DES JARDINS DE L’INSTITUT –  L’INSTITUT BERGONIÉ FAIT PEAU NEUVE POUR MIEUX ACCUEILLIR SES PATIENTS – POSE DE LA 1ÈRE PIERRE DU NOUVEAU PÔLE CHIRURGICAL ET INTERVENTIONNEL JOSY REIFFERS DE L’INSTITUT BERGONIÉ

Deux associations se sont jointes à nous pour apporter leur concours financier, le Groupe 3V et l’association Les Blouses Roses.
Nous les en remercions.

Ouverte à tous, cette inauguration a été un moment chaleureux et un moment d’échange entre le corps hospitalier de l’institut, les patients et les associations.

Dans les prochains jours, des fauteuils colorés et une bibliothèque urbaine vont venir compléter l’agencement du jardin.

Nous remercions sincèrement et chaleureusement les entreprises mécènes:

  • BG Constructions Bois (Martignas sur Jalles) – déplacement de la pergola et de la gloriette
  • ANGE Service Travaux (Saint Jean d’Illac) – pose de la terrasse bois
  • Extérieurs en scène (Mirefeurs) – fourniture et pose du gazon synthétique
  • BERNARD Damien (St Martin de Sescas) pour leur bon soin apporté aux plantes
  • Naturellement Extérieur (Gujan Mestras) – pose du gazon synthétique et des brises vue